Impressions du fond des bois

18 janvier 2017

La Meije et le pont Maurian, Charles Bertier

On ne se lasse pas à regarder cette montagne, et ça ne date pas d'hier. Haut lieu de l'alpinisme puis du tourisme Dauphinois, elle a aussi attiré les peintres (tardivement comme nous l'a montré M. Barféty lors de sa conférence en novembre dernier, mais abondamment ensuite).

Cela faisait longtemps que j'avais envie de m'arrêter voir se pont Maurian, ou comme beaucoup on ne fait que passer, pressé vers d'autres destinations. Pourtant, le point de vue est pas mal, le tableau de Charles Bertier m'avait attiré lors d'une visite à la galerie Vaujany, à Grenoble.

Alors lors de notre dernier passage en fin d'année, nous nous sommes arrêtés quelques minutes. Angle de vue, focale et lumière diffèrent mais peu importe, l'artiste était là, ou pas bien loin... 

Ch   16_12_31_DSC_8420_stitchr

L'occasion d'admirer son sens de la proportion et son don pour magnifier le relief, Meije conquérante, un peu plus isolée dans le ciel, vallon plus escarpé, plus dramatique. A moins qu'on ne l'ait aplani depuis, ce qui est possible.

On devine sur la photo le replat du sentier muletier qui montait vers les hameaux de la Grave, vers le Chazelet. La route passe désormais en contre-bas et la falaise a été terrassée pour l'occasion (cliquez sur les images pour les agrandir)

Si l'entrée du tunnel a perdu son parvis de pierre maçonnée pour un soutènement en béton armé (sans doute suite à l'élargissement du tunnel), le pont Maurian et lui toujours là, peut-être élargi lui aussi. Le Maurian, c'est le nom du torrent qui, descendant du lac du Goléon, a creusé patiemment ce vallon.

Charles Bertier (1860-1924) fait partie de ces peintres Dauphinois qui ont superbement illustrés les massifs montagneux de la région. Elève de l’abbé Guétal (qui l’a ouvert à la montagne) et de Jean Achard, il s’est engagé pour faire mieux connaitre les massifs Dauphinois et leurs beautés.

Un vrai régal pour les yeux, à voir au musée de Peinture de Grenoble et à la galerie Vaujany (ou à Paris, au train Bleu, Gare de Lyon).

 

Charles Bertier - La Meije et le pont Maurian à la grave (Hautes-Alpes) et,
La Grave, samedi 31.12.2016.
Pas loin de 100 ans entre ces deux images, puisque M. Vaujany signale un achat du tableau en 1919.


Ici un article intéressant sur ce peintre dans "La Bibliothèque Dauphinoise",

Un superbe article de Maurice Wantellet et l’illustration de couverture dans « Deux siècles et plus de peinture Dauphinoise, 1994 ». Disponible à la bibliothèque Centre Ville de Grenoble ou à la Bibliothèque d'Etude.

Posté par ZAC38 à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12 janvier 2017

Bec-croisés au petit matin auprès d'un pin

Epicéas, pins cembros et pins sylvestres sont séparés par des éboulis et des écharpes d’alpages. La forêt est clairsemée. Elle résonne des cris d'une joyeuse et bruyante bande d'oiseaux. Difficile de les observer, même à proximité, ils restent cachés au cœur de la frondaison. Et puis un, puis deux, puis un troisième encore, décollent bruyamment au-dessus de ma tête et vont se percher sur le pin sylvestre d'à côté. Pose casse-graine. Ça déménage dans les branchages, à coup de becs acérés, les cônes sont explorés un à un puis expulsés de l'arbre. Le bec-croisé fait place nette...

17_01_07_DSC_8805rm2

Tout à coup, sans crier gare, la troupe se met en mouvement en départs désordonnés. En quelques secondes, le silence revient. On entend au loin, oh pas bien loin, le tohubohu dans un autre bosquet de résineux... C'est reparti là-bas.

Le bec-croisé, c'est le joyau de la forêt de montagne, monsieur habillé de rouge, madame parée de vert, les deux font la paire.

17_01_07_DSC_8816rm2

Ci-dessous, il doit s'agir d'un jeune mâle il me semble ( …?).

17_01_07_DSC_8849_01

Bruyant en groupe à cette période de l’année, ils savent se faire discrets le reste du temps, et bien souvent passent inaperçus.

 

Belledonne, samedi 7 janvier 2017, 1800m

 

Ps: Photos pas mal recadrées malheureusement, pas simple à approcher ces turbulents joyaux de l’Alpe.

Ce matin-là, la troupe de becs croisés était accompagnée par moment d'un pic épeiche, de mésanges noires et huppées et de tarins des aulnes. Le casse-noix moucheté n'a fait que passer.

Posté par ZAC38 à 19:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

11 janvier 2017

Au pied d'un épicéa les casse-noix glanaient

On le voit souvent au sommet des arbres, épicéas ou pins ou en vol poussant son rauque cri, puissant et déchirant.

17_01_07_DSC_8861rm2

Plus rare (enfin pour moi au moins), le voici au sol à glaner sa pitance au pied d'un épicéa. Il faut dire que l'humus est jonché de cônes et sans doute de graines tombées là par centaines. Il est midi et c'est en couple que les casse-noix déjeunent, silencieux. Sans doute plus sûr d'avoir quatre yeux pour donner l'alerte en cas de besoin, diablement vulnérable au sol ces gros oiseaux.

Besoin de cette nourriture pour résister au froid, ils me tolèrent à une distance étonnement faible, 10m pas plus, mais pas moins. Dommage il est tard et je ne peux pas rester...  

Belledonne, samedi 7 janvier 2017, 1800m,11h45

Posté par ZAC38 à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 janvier 2017

Sitelle et sa faine dans le soleil de l'hiver

En hiver les hêtres sont couverts de faines qui petit à petit quittent leur cupule et tombent à terre. La sitelle torchepot n'est pas la dernière à en profiter.

17_01_06_DSC_8702rmpsp

Photo ratée, qui a failli partir à la corbeille. Et puis non, je l'aime bien finalement.

Vendredi 6 janvier 2017, Vercors, à 900 m env.

Posté par ZAC38 à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2017

Les Agneaux et le glacier du Casset

Le versant oriental de la Montagne des Agneaux domine le vallon du petit Tabuc, le hameau du Casset et la vallée de la Guisane. Sur ses flancs, le glacier du Casset.

La Montagne des Agneaux, se sont trois sommets proches mais bien distincts, au point de parler des Agneaux noir et blanc. M. Gidon nous dit tout sur Géolalp.

Agneaux Pano02

C'est le célèbre William Auguste Coolidge qui signe la première ascension du sommet, en juillet 1873, en montant par la calotte en face Ouest (de l'autre côté de l'arête), il fallait le faire quand même (Ici l'arrivée au sommet de la calotte de neige vue par C. Mansiot) ! Bon, pour zac c'est trop tard, trop haut, trop long, ... Tant pis, d'en bas c'est pas mal aussi.

En haut du vallon du petit Tabuc, qui s’ouvre au droit du hameau du Casset, on trouve l'impressionnante moraine historique du glacier du Casset. Souvenir de l'époque où la  glace descendait dans la vallée. Elle était alors exploitée pour les cafetiers de Marseille. On imagine difficilement aujourd'hui cette industrie, le transport des pains de glace à dos de mulet puis par le train...Etonnant.

17_01_01_DSC_8611_Pan

Reste aujourd'hui l'imposante et esthétique moraine qui coupe le vallon en deux et le glacier perché, bien plus haut, qui n'en finit plus de reculer (voir §4.6 de cette étude du CNRS).

Ce n'est sans doute pas encore cette année qu'il pourra avancer, bien peu de neige, voire pas du tout de neige par endroit, en montagne en ce début janvier...

Dimanche 1er janvier 2017, Le Casset, Vallée de la Guisane

Posté par ZAC38 à 23:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 janvier 2017

Une boule de plume et de vie

Heureusement qu'elles sont là pour nous remonter le moral. Quelques-unes suffisent à remplir de vie le mélézin et ses environs.

Vie trépidante pour la mésange boréale, elle ne reste pas en place...sauf lorsqu'une larve se laisse prendre. Protéines essentielles pour survivre aux grands froids de l'hiver. Quelques secondes de répit dont il faut profiter pour la contempler d'un peu plus près.

17_01_01_DSC_8570_02rm2

La mésange boréale se reconnait à son chant, bien différent de la mésange nonette qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau.

Massif des Ecrins, Hameau des Boussardes, 1630 m, Le Lauzet, dimanche 1er janvier 2017, 14h00.

Meilleurs vœux à toutes et tous.

 

Posté par ZAC38 à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 janvier 2017

Une tristesse infinie

Il faut bien partir un jour. Maman nous a quittés le 25 décembre, cruel Noël. Elle a rejoint Papa, parti il y a huit mois à peine, cruelle année 2016.

Il faudra du temps pour accepter. 

Elle aimait observer les belles choses qui s'offraient à elle, les feuillages de l'automne, les fleurs, les belles lumières, la neige. Elle nous aura donné ce gout-là, surement.

16_10_31_DSC_6296rm2

Dérisoire de continuer ce blog aujourd'hui, je le faisais un peu pour elle. Mais la nature est si belle...

Elle avait recopié récemment sur un bout de papier un chant de son enfance, alors qu'elle faisait partie des "Ames Vaillantes".

Pour l'âme Vaillante
Pure et conquérante
Le cri de victoire
Et le chant de gloire,
Bravant la tristesse
Comme la mollesse,
C'est net et c'est court:
Le sourire toujours.

Alors il faut continuer et essayer de sourire, comme elle l'a fait tant qu'elle a pu, jusqu'au bout.

 

 

 

 

 

Posté par ZAC38 à 23:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2016

Grenoble, un soir de brouillard et de décembre

Un soir de décembre, le brouillard était resté accroché aux toits de la ville. Froid saisissant mais bizarrement plus de pic de pollution nous disait-on. On n’a quand même pas trop trainé, le temps d'un petit tour du côté du quartier Notre-Dame et de quelques arrêts photo.

L'église Saint-André faisait quand même grise mine, malgré sa déco de Noël....

16_12_18_DSC_8414rm

 La rue Chenoise est maintenant plus gaie avec ses poteaux peints. Cette fois, j'ai pris le temps de chercher qui avait fait cela. Une initiative de la mairie et des habitants et commerçants de la rue. Pour tout savoir, c'est ici.

16_12_18_DSC_8372_Pan_m

L'occasion aussi de découvrir l'association sympa des black and white zulus .

16_12_18_DSC_8369rm

Et puis en passant, un petit coucou au musée de Grenoble habité pour un temps par Vassily Kandinsky, super expo (enfin je trouve). Le musée est bien entouré avec, sur l'esplanade François Mitterrand, la belle statue "Monsieur Loyal" de Calder (1968) et la bizarre "Etoile polaire" de Mark Di Suvero (1972) (les profilés métalliques au premier plan...on aime ou on n’aime pas...mais pourquoi pas!).

16_12_18_DSC_8410_Pan

Bref, c'est sympa de prendre le temps de se promener dans la ville en regardant ce que l'on ne voit plus, de préférence de nuit et avec du brouillard... A refaire une prochaine fois !

Grenoble, dimanche 18 décembre 2016, 17h - 18h

Posté par ZAC38 à 22:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 décembre 2016

Un moment de complicité avec les chamois

Début décembre, on est en pleine période de rut du chamois. La montagne s'anime, des mâles solitaires vont et viennent, cherchent les hardes. Ça change du reste de l'année où nos antilopes alpines sont plutôt assez placides.   

 16_12_02_DSC_8202rmEn quelques minutes, ce mâle va monter au sommet (ce que je ne ferai pas) et en redescendre (ce que je n'aurai pas à faire...).

16_12_02_DSC_8204_Pan_mCes deux-là sont intégrés à une harde de femelles et de jeunes. Et rut oblige, il faut que l'un cherche des noises à l'autre en d'incessantes poursuites. Vu comme ça, ça ressemble plus à un jeu.

Un peu plus loin, passant une arrête, voici une chèvre et son chevreau sur le chemin, qui me barrent le passage. Ils ne sont qu'à quinze ou vingt mètre à peine, et m'ont forcément entendu arriver. Même si ils sont habitués aux randonneurs, nombreux  sur ces chemins, je m'attends tout de même à les voir prendre la poudre d'escampette ou à tout le moins à quelques chuintements réprobateurs. Mais que nenni, madame après m'avoir observé de façon plutôt distraite (ce qui m'a sur le coup un peu vexé j’avoue), a repris son activité de broutage en me tournant le dos … (pfffff…).

16_12_02_DSC_8213_raw_rmSon chevreau de l’année, pourtant encore plus près de moi, a également repris son labeur, non sans avoir jeté auparavant un œil interrogatif vers sa mère.

16_12_02_DSC_8217mMon chemin obstrué et puisque l'on m'a clairement signifié que je ne devais point déranger, je me suis contenté d'observer en savourant l’instant.

Madame a ensuite choisi de traverser le névé qui se trouvait là, me laissant en compagnie de son chevreau ! Arrivée de l'autre côté, à mon grand étonnement, elle s’est tranquillement couchée pour ruminer …!

16_12_02_DSC_8226_Panorama 1Comme une évidence, suivant son invitation, je me suis également, assis… !

Après quelques paisibles minutes, le chevreau a rejoint sa mère, puis une randonneuse solitaire, la première de la journée, est apparue sur le chemin. Cette fois, dame chamois a donné le signal du départ.

Je ne sais pas trop ce qui s’est passé ce matin-là, mais c’était un moment plein de sérénité et un étonnant cadeau.

Mon image préférée, c’est celle-là, une boule de poils ce chevreau, bien musclé et paré pour affronter l’hiver.

16_12_02_DSC_8216_raw_rmC_01

Chartreuse, vendredi 2 décembre 2016, à 1800m

Posté par ZAC38 à 23:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 décembre 2016

Fauve avez-vous dit ?

Pour finir cette série avec les vautours des Baronnies, un dernier décollage au soleil de décembre.

16_12_01_DSC_8000rm

Vautour fauve, les Baronnies, 1er décembre 2016, 15h28

Voir aussi:

Avec les grands voiliers des Baronnies

Le ballet des vautours

L'échelette et le grand fauve

Posté par ZAC38 à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,