Impressions du fond des bois

14 novembre 2019

De Chartreuse en Belledonne

19_11_11_DSC_6784m

De Préalpes en Alpes,

de la Dent de Crolles au Rocher d’Arguille,

des strates de calcaires aux gneiss acérés,

l'Isère pour frontière a trouvé là matière à creuser son lit,

une large et profonde vallée du Grésivaudan les sépare. 

De Chartreuse en Belledonne.

 

Lundi 11 novembre 2019, depuis l'oratoire  d'Orgeval, premières neiges.

De gauche à droite, Dent de Crolles (2062m), Rocher Gris (2767m), Pic de la Grande Valloire (2887m), Rocher d’Arguille (2885m) et l'arrête enneigée du Cul de Pet et du Grand Rocher 1900m env. Invisible, la vallée du Grésivaudan (230m env.) se laisse deviner.

 

Posté par ZAC38 à 22:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 novembre 2019

Premières neiges à la cabane du Colon

19_11_09_DSC_6750_stitch

Entre de courtes éclaircies qui laissent apercevoir par moment les pentes alentour, belle ambiance "grand blanc" à la cabane du Colon. Pas un chat... mais un lièvre a laissé sa trace, pas encore effacée par le vent entre ce rocher et la baraque.

Pour le soleil, il fallait monter plus haut ce jour-là. Dommage ! Quoique, à la réflexion, je préfère vraiment comme ça...

 

Samedi 9 novembre 2019, Cabane du Colon, 1748m, Belledonne

Restaurée l'année dernière, la cabane domine la cuvette Grenobloise depuis les pentes du Grand Colon. Cabane pastorale de la commune de Revel, la partie réservée aux bergers est fermée. Un abri bien réduit (mais appréciable dans les conditions du jour) accueille les randonneurs sur le côté Sud et le refuge d'hiver en partie haute ne semble pas fermé (mais j'ai oublié d'aller voir...). Pas de cadenas en tout cas.

Posté par ZAC38 à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 novembre 2019

Furon en furie

19_11_02_DSC_1061mpsp2

Après ces journées bien pluvieuses, le Furon se fait plus bruyant qu'à l'habitude.

Drainant un vaste bassin versant (33 km²) allant du pic Saint-Michel au Moucherotte à l'Est et de l'extrémité nord du val de Lans aux crêtes d'Engins et au Gouffre Berger à l'Ouest, le torrent plonge fougueusement du plateau du Vercors vers la vallée de l'Isère. Le Bruyant dans sa partie amont et la Germe, rivière souterraine qui sort aux cuves de Sassenage, dans sa partie aval sont ses deux plus gros affluents, mais le torrent est alimenté de toute part par les eaux souterraines qui filtrent du karst.

Depuis longtemps, les crues du Furon sont redoutées. D’importants travaux d’endiguement ont été réalisés dans la traversée de Sassenage ses dernières années pour canaliser les eaux venues du Vercors.

Vercors, Sassenage, Pont Charvet, gorge du Furon, samedi 2 novembre 2019, 17h00

 

 

Posté par ZAC38 à 22:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 novembre 2019

La Meije de Max Leenhardt au Train Bleu

19_09_29_DSD_10377b

Le buffet de la gare de Lyon, qui se nomme aujourd'hui le Train Bleu, a été créé à l'occasion de l'exposition universelle de Paris de 1900. Très richement ornés d'ors et de sculptures somptueuses, ses murs et plafonds sont surtout décorés de peintures représentant les destinations phares de la compagnie PLM (Paris, Lyon, Méditerranée). Quarante-deux peintres et autant de peintures et de destinations, tant en France qu'au Maghreb et en Italie.

Parmi ses peintures, de très célèbres et de moins connues, comme la Meije représentée par le peintre Montpelliérain Max Leenhardt. Cette peinture se trouve dans l'aile Est au plafond, à droite en rentrant. Mieux vaut éviter l'heure des repas, mais je pense qu'en demandant aux serveurs, ils peuvent vous laisser aller l'admirer. Sinon, pour mieux prendre son temps, on peut simplement boire un verre. L'addition est un peu salée, mais après tout, pas plus chère que l'entrée d'un musée (où l'on vous sert rarement une bière ou un thé...).

Si toutes ces peintures sont intéressantes (et justifieraient une monographie qui hélas ne semble pas encore exister), je me suis concentré dans ce message sur cette Meije parisienne vue depuis La Grave, qui a bien fière allure.

Le peintre a réussi à rendre la sensation de puissance de la reine des montagnes dauphinoises (conquise seulement 23 ans plus tôt, en 1877), de son sommet aux alpages qui s'étalent à ces pieds, en passant par ses glaciers qui couvraient alors totalement ses pentes. Comme dans toutes les peintures du Train Bleu, l'humanité est présente par l'intermédiaire de cette petite fille Uissane qui garde son troupeau avec sa robe rouge du plus bel effet.

Je ne connaissais pas ce peintre qui n'apparait pas dans la liste relativement réduite des peintres de montagne de la fin du XIXe siècle. C'est grâce à Isabelle Laborie, historienne de l'art qui travaille depuis des années sur cet artiste et qui vient de soutenir une thèse sur le sujet, que l'on en sait un peu plus sur M. Leenhardt (voir le lien vers son site en fin de message).

Ce qui est surprenant dans la liste de ses œuvres, c'est que la Meije semble être la seule montagne alpine peinte par l'artiste. Une étonnante maîtrise du sujet de la part de Max Leenhardt (voir pour comparaison une image récente prise d'un peu plus haut, sur l'excellent site Alpimages).

19_09_29_DSD_10377-zoom1

Au sujet d’une peinture exécutée quelques années plus tôt par Leenhardt, "Prêche au Désert ou Les héros de la liberté de conscience" terminée en 1897, Isabelle Laborie a écrit un article instructif sur la méticulosité et le souci du réalisme qui animait le peintre. Cet article, réalisé en réponse aux interrogations de Maurice Mattauer, géologue émérite qui avait noté le réalisme de la représentation de la roche dans ce tableau, permet de comprendre le soin et les nombreuses recherches effectuées par le peintre pour la réalisation de son œuvre. Il identifie également le lieu et les roches ayant servi de modèle pour ce tableau.

En revenant à « La Meije », on peut donc se poser légitimement plusieurs questions. Pourquoi Max Leenhardt a-t-il été retenu pour peindre ce sujet alors qu'il n'avait que peu d'expérience "alpine" ? Ce tableau a-t-il été peint sur le motif et fait l'objet d'un ou de plusieurs voyages à la Grave? A-t-il nécessité des recherches approfondies ?

Je n'ai pas encore trouvé les réponses, n'hésitez pas à m'écrire si vous en savez plus (lien dans "à propos").

19_09_29_DSD_10377-zoom2

Pour conclure ce message, provisoirement j'espère, ce qui pour moi est le plus touchant dans cette représentation de la Meije, c'est cette petite fille et son geste envers sa brebis que Max Leenhardt a si bien su représenter, rendant ici la célèbre montagne à tous les montagnards qui vivent sur ses rudes flancs.

Paris, Gare de Lyon, Le Train Bleu. Dimanche 29 septembre 2019

A voir ici, le site d’Isabelle Laborie consacré à Max Leenhardt

 

Posté par ZAC38 à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 octobre 2019

Automne au Brouffier

19_10_13_DSC_6621rm

Couleurs d'automne au creux du vaste cirque glaciaire du Brouffier sur les pentes du Taillefer.

Dimanche 13 octobre 2019, Lac de Brouffier, 2115m, Massif du Taillefer

Un peu au-dessus du lac, la cabane de berger agrandie et remise aux normes par la commune de La Morte cet été pour développer l'alpage du Brouffier et de l'Emay. Sera-elle ouverte aux randonneurs ? Je n'ai rien trouvé à ce sujet !

Entre l'alpage blond et les parterres de myrtillers bien rouges, les gneiss clairs en amont du lac et les amphibolites de Chamrousse en aval. On distingue bien également à droite l'extrémité du petit glacier rocheux venu combler une partie du lac. Voir ici la page de M. Gidon, sur Géo-Alp.

 

 

Posté par ZAC38 à 22:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2019

Belledonne : Le Grand Pic, la Croix, le Col et le Lac

19_10_11_DSC_0843_stitch

Non content d'avoir donné son nom au massif tout entier, le sommet culminant de Belledonne a sa Croix à ses côtés, son Col pour le traverser et son Lac à ses pieds. Il faut avouer que de tous côtés, il a fière allure notre Grand Pic. 

Vendredi 11 octobre 2019, Lac de Belledonne

De droite à gauche, le Grand Pic (2977m) et ses contreforts, les arêtes et la Croix (2926m), le col de Belledonne (2785m). L'imposante face Est du Grand Pic se dresse sur un peu plus de 800m devant le lac de Belledonne (2169m).

C'est ici que fut installé par la Société des Touristes Dauphinois le premier refuge (spartiate) du massif. C'était en 1875. Vite supplanté par le refuge de la Pra ouvert par le CAF en 1889, il est rapidement abandonné et disparait corps et bien.

Posté par ZAC38 à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 octobre 2019

Rouge Belledonne

19_10_11_DSC_0858_stitchm2

Ces jours-ci, les myrtillers qui couvrent les pentes du massif perdent leur chlorophylle et prennent de belles couleurs qui varient de rouille foncé à rouge flamboyant. Lorsque la lumière devient rasante, la montagne s'enflamme de mille feux, mais dès que le soleil franchit les crêtes, l'ombre et ses froides couleurs bleutées reprennent le dessus, annonçant la froide nuit à venir.

Vendredi 11 octobre 2019, 15h40, vers 2100m sous le lac de Belledonne

A droite, le Grand Pic de Belledonne, 2977m, à gauche, le Grand Charnier, 2777m.

Posté par ZAC38 à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 octobre 2019

A l’école de la vie chez les chamois cartusiens

19_10_06_DSC_0579rm2b

Chez les chamois, les femelles élèvent seules leur chevreau. Début octobre, les chèvres sentant arriver la période des pariades doivent signifier à leur ado qu’il est temps de prendre un peu d’indépendance dans la chevrée.

Après avoir été protégé et materné durant plus de six mois, se faisant rabrouer s’il s’écartait un peu trop, voilà qu’il est repoussé par sa mère qui n’hésite pas à lui faire les gros yeux ou à l'intimider par de brusques postures. De quoi être déboussolé !

De temps en temps aussi, furtivement, mère et fils (fille) échangent un regard complice et persuasif !

 

Dimanche 6 octobre 2019, 9h12. Chartreuse, vers 1750 m. Rupicapra rupicapra cartusiana

 

Une fois sevrés, les jeunes resteront proches de leur mère dans la chevrée jusqu’à leur un an, voire dans leur deuxième année (éterles et éterlous).

Au printemps, les jeunes seront à nouveau repoussés par leur mère, qui sentant la période des naissances approcher, iront s‘isoler sur une vire secrète pour mettre bas.

Sources :

Bernard Fischesser, La vie de la montagne, Ed. de La Martinière : " A 4 mois, il pourrait se passer de sa mère, mais il reste généralement avec elle jusqu'à ce qu'elle le chasse à la prochaine saison des amours." 

ONCF : http://www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-les-especes-ru73/Le-Chamois-et-lIsard-ar643

« La femelle élève seule son chevreau. Elle l’allaite jusqu’à l’âge de deux mois environ, mais celui-ci commence à manger de l’herbe après quelques semaines seulement. Au-delà de deux mois, il se nourrit comme sa mère, ce qui ne l’empêche pas de téter de temps à autre jusqu’au sevrage définitif qui intervient au plus tard au moment des pariades. »

Posté par ZAC38 à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 octobre 2019

Col du coq entre chien et loup

19_10_06_DSC_0405_stitchm

L'échancrure du col du coq (1434m), soulignée par les brumes de sa prairie, laisse apparaître le versant occidental de Belledonne et la vallée du Grésivaudan, encore plongés dans l'obscurité. Les lumières de Prapoutel brillent encore pour quelques minutes. La nuit s'efface, entre chien et loup, instants savoureux car éphémères, qu’il faut saisir tous sens en éveils.

Dimanche 6 octobre 2019, 7h21. Chartreuse

Ps: Les aiguilles d'Arves pointent au-dessus des crêtes de Belledonne et du massif des Grandes Rousses, les avez-vous reconnues ? Et supplantant tout le monde, à droite le Pic de l’Etendard (Gdes-Rousses), à gauche le Rocher Blanc (Belledonne).

 

Posté par ZAC38 à 21:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 octobre 2019

Aube pop sur Belledonne

19_10_06_DSC_0418_stitchf

Avant que les nuées farceuses ne nous enveloppent pour nous voler les premiers rayons du soleil, quelques secondes psychédéliques sur les sommets du Nord du massif de Belledonne.

De la droite vers la gauche, Puy Gris, Pointe de Comberousse, Charmet de l’Aiguille et Grand Morétan.

 

Dimanche 6 octobre 2019, 7h29. Belledonne, vue depuis la Chartreuse dans l’air vif du petit matin.

Posté par ZAC38 à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,