Si le rocher du massif de Belledonne a de belles couleurs, c'est parfois en raison des minéraux qui le composent, mais aussi bien souvent grâce aux nombreux lichens qui le recouvrent.

D'ailleurs, Bernard Fischesser l'écrit très bien dans "La vie de la montagne" : "Il est en montagne des êtres discrets auxquels cependant l'envoûtement du paysage doit beaucoup. Végétaux singuliers, les lichens sont de grands peintres qui confèrent aux sites des plus désolés un charme coloré indéfinissable."

Faire de temps en temps un pas de côté lors de nos balades en se penchant d'un peu plus près sur ces rochers permet de découvrir un monde parallèle étonnant.

15_05_10_DSC_3334mAux abords du lac du Crozet, la roche (des Gabbros au droit du verrou glaciaire) est recouverte par une multitude de lichens, dont ces belles tâches jaunes de Rhizocarpon geographicum. Comme une seconde peau, ce lichen "crustacé" semble indestructible, et bien surprenant vu de près.

Et quand on commence à s'habituer à cette nouvelle dimension de la montagne (jeunes yeux, loupe ou objectif macro obligatoire), on s'aperçoit qu'il y a une vie sur ces rochers, en apparence arides. Outre plusieurs espèces de lichens, des fourmis s'affairent, et là une minuscule araignée qui ne doit pas dépasser 2 ou 3 millimètres.

15_05_10_DSC_3368rmChouette, c'est une araignée sauteuse, de la famille des Salticidae, bien reconnaissable avec leurs gros yeux bien ronds.

15_05_10_DSC_3353rrm_mirTrès vive et toujours en mouvement, elle chasse en bondissant sur ses proies. Prudentes, ces araignées laissent derrière elles un fil de sécurité lors de leurs sauts. Coup de chance, on peut le voir sur l'image ci-dessous.

15_05_10_DSC_3364rm2Je n'ai pas trouvé son nom dans mon guide, il y a près de cent espèces de Salticidae connues en Europe... Mais un lecteur érudit m'a glissé qu'il s'agissait d'une Sitticus!  Merci à lui. En cherchant un peu, il pourrait bien s'agir d'une Sitticus rupicola (en non saxicola), une araignée sauteuse que l'on ne trouve qu'en montagne !

Lichen et araignées sont capables de s'adapter à la vie rude des plus hauts sommets. Les araignées se réfugient avec tout un petit peuple d'insectes sous les pierres où les écarts de température sont relativement atténués.

Découvrir cette vie un peu oubliée de nos montagnes me plaît bien, je vais remettre une loupe dans le sac à dos pour les prochaines randos...

 

Dimanche 10.05.2015, Lac du Crozet, Belledonne