Alors, où va t'elle cette conduite forcée qui accueille le randonneur et part du lac du Crozet ? On l'a vu plus tôt, si Aristide Bergès l'a imaginée à la fin du XIXe siècle, il n'a pas eu le temps ni les moyens techniques pour la réaliser.

15_05_10_DSC_3421rmCe n'est qu'en 1956 que les Papeteries de France, entreprise qui a pris la suite de l'usine Bergès en 1921, réalisera ce chaînon manquant dans le système hydroélectrique mis au point et rêvé par leur illustre prédécesseur.

Le schéma ci-dessous est issu de la plaquette "La Houille Blanche - par Aristide Bergès - Lancey, le 1er juillet 1899". Tout y est !

Note Bergès 1899_profil longLa conduite du Crozet. Longue de 2200 mètres, alimente la centrale hydroélectrique du Pré du Fourneau, 833 m plus bas (de 1975 m à 1142 m d'altitude). Elle fournit une puissance de 4000 chevaux. C'est l'une des neufs centrales qui alimentaient en électricité la papeterie de Lancey.

En 2008, la Papeterie de Lancey a fermé ses portes, créant un traumatisme important dans la vallée. Les neuf centrales hydroélectriques, restées privées car trop petites pour être nationalisées, ont été vendues. Contre toute attente, ce n’est pas EDF qui a gagné l'appel d'offre, mais une petite entreprise : La "Compagnie des Hautes Chutes des Roques" (CHCR), société pyrénéenne appartenant à des particuliers engagés dans les énergies renouvelables. C’est la société Hydro Développement, filiale de CHCR, qui exploite aujourd’hui, de manière assez discrète, les installations et qui ont rénové les centrales !15_08_28_DSC_8989mRevenons à la conduite. Elle prend naissance à la sortie du tunnel/siphon créé par Aristide Bergès en 1897, (siphon dont on a parlé dans le message précédent). Une chambre de vanne et un tunnel d'accès (fermé bien sûr) sont accolés à la roche dure (des Gabbros qui constituent le verrou glaciaire).

On ne voit pas cette sortie bien cachée en rive gauche du torrent des Merciers, à part bien sûr, les étourdis qui ratent le virage du GR (pourtant bien marqué par un cairn) et suivent, béatement, la conduite...(il y en a qui vont se reconnaître?) ! Si vous arrivez là, il vaut mieux faire demi-tour car sinon, petit ressaut rocheux à grimper et surtout traversée du barrage assez risquée quand même (chute peu recommandée).

Un peu plus bas, on voit la conduite franchir la faille naturelle du torrent des Merciers, avec son faible débit de restitution (ce qui ne passe pas dans la conduite).

15_08_28_DSC_8974

Elle dévale ensuite la pente, droit au but (ou presque). Construire ces ouvrages est une prouesse dans ce milieu difficile. Je n'ai pas trouvé le constructeur (Bouchayer-Viallet ou la SDEM, sa filiale, comme les premières conduites de Bergès ?).

15_05_23_DSC_3687m

Les eaux se croisent, ici le torrent de la Sitre.

15_05_23_DSC_3658m

Puis finalement, quelques 800 mètres plus bas, la conduite sort du bois pour arriver à la centrale du Pré du Fourneau, au cœur de la combe des trois Ruisseaux (Sitre, Jasse-Vieille et Merciers).

15_05_23_DSC_3680m

Au bout de la route qui vient de Saint-Jean-le-Vieux, la centrale ronronne tranquillement. Sans parler d'une architecture remarquable (on est loin de la centrale des Vernes, sur la Romanche), il y a quand même une certaine recherche "géométrique". On notera le logo des Papeteries de France resté sur la façade.

15_05_23_DSC_3640

Finalement, au bout d'une chute de plus de 800m, que la molécule d'eau doit trouver interminable (?) (combien de temps au fait, aucune idée... ?), le débit turbiné est restitué à la rivière et poursuit son chemin vers la vallée et Lancey.

15_05_23_DSC_3644Ci-dessous, le Pré du fourneau, sa cabane et la centrale. A gauche le chemin monte vers Pré-long et permet de basculer sur la vallée de Sainte-Agnès. Cette vallée qui s'enfonce profondément dans le massif donne une impression de bout du monde.

15_05_23_DSC_3630

La Houille Blanche et son allégorie, quand même bien vu de la part d'Aristide Bergès puis de M. Davin. Il faut impérativement aller voir cette statue au musée de Lancey avant votre prochaine ascension dans Belledonne.

15_05_23_DSC_3688m DSC_2195

 

A suivre le 4e et dernier volet (pour l'instant) sur Bergès.

 

 

Belledonne, Lac du Crozet; Lancey, musée Bergès, Centrale du Pré du Fourneau. Mai à août 2015