Le ragondin ou Myocastor coypus a mauvaise presse chez nous : Venu d'ailleurs..., espèce invasive..., classé nuisible...!

Même Robert Hainard ne dédaigne que quelques lignes dans son livre "Mammifères sauvages d'Europe", lui préférant, bien sûr, le castor !  

Oui, mais il n'a rien demandé lui, le ragondin ! Il aurait sans doute préféré rester chez lui, en Amérique du sud, entre la Terre de Feu et le sud du Brésil. Ce sont les hommes qui l'ont introduit en Europe au XIXe, puis après la première guerre mondiale, pour sa fourrure et l'appât du gain. Tous les ragondins de nos régions sont donc les descendants, soit d'évadés d'élevages, soit de rescapés de l'abandon de ces élevages devenus non rentables.

 Bien sûr, il se reproduit beaucoup et mine dangereusement les digues avec ses profonds terriers, mais il est bien de se rappeler que le responsable, ce n'est pas lui, mais nous (voir un ancien article de presse édifiant en fin de message) !

En tout cas, observer quelques instants ce gros mammifère redevenu sauvage (40 à 60 cm de long, un peu moins qu'un castor) et qui a colonisé toute la France, n'est pas inintéressant.

J'ai découvert celui-ci par hasard, il dormait sur la berge opposée d'une plage de sédiments marécageuse, sur un torrent qui descend de Chartreuse.

16_05_05_DSC_8304rm

Pendant un bon moment, il ne bougeait quasiment pas, attrapant de temps à autre quelques feuilles et se rendormant.

Puis, il s'est réveillé pour de bon et a dévoré les feuilles de quelques arbustes sans plus de cérémonie, attrapant les branches avec ses... mains (!) pour les mettre à la bouche. L'occasion de me montrer ses belles incisives rouge-orange vif.

16_05_05_DSC_8329rm2

Après quelques minutes de ce régime, un moment de toilette. Presque attendrissant tout ça!

 

16_05_05_DSC_8372rm

Puis, le temps passant, il a décidé d'aller voir ailleurs (il vit principalement la nuit, coup de chance d'avoir pu l'observer aussi longtemps ce soir-là!).

Surprise lorsqu'il s'est mis à l'eau, pas un bruit, pas une vague...il fait corps avec son élément.

Un beau moment partagé avec lui. Je ne sais pas s'il m'a vu et toléré ou s’il s'est cru seul ?

 

Ci-dessous un article du journal "Le Midi Socialiste" du 4 juillet 1933, en dernière page; les précédentes étant plus préoccupées par la montée du fascisme, "la peste brune", bien sombre période ! 

Edifiant non ? On ne doit pas oublier ces erreurs de notre histoire... hélas...!

Rragondin midiSocialiste 1933Grande

Source : http://rosalis.bibliotheque.toulouse.fr

 

Crolles, 5 mai 2016 - de 18h40 à 19h20