Début décembre, on est en pleine période de rut du chamois. La montagne s'anime, des mâles solitaires vont et viennent, cherchent les hardes. Ça change du reste de l'année où nos antilopes alpines sont plutôt assez placides.   

 16_12_02_DSC_8202rmEn quelques minutes, ce mâle va monter au sommet (ce que je ne ferai pas) et en redescendre (ce que je n'aurai pas à faire...).

16_12_02_DSC_8204_Pan_mCes deux-là sont intégrés à une harde de femelles et de jeunes. Et rut oblige, il faut que l'un cherche des noises à l'autre en d'incessantes poursuites. Vu comme ça, ça ressemble plus à un jeu.

Un peu plus loin, passant une arrête, voici une chèvre et son chevreau sur le chemin, qui me barrent le passage. Ils ne sont qu'à quinze ou vingt mètre à peine, et m'ont forcément entendu arriver. Même si ils sont habitués aux randonneurs, nombreux  sur ces chemins, je m'attends tout de même à les voir prendre la poudre d'escampette ou à tout le moins à quelques chuintements réprobateurs. Mais que nenni, madame après m'avoir observé de façon plutôt distraite (ce qui m'a sur le coup un peu vexé j’avoue), a repris son activité de broutage en me tournant le dos … (pfffff…).

16_12_02_DSC_8213_raw_rmSon chevreau de l’année, pourtant encore plus près de moi, a également repris son labeur, non sans avoir jeté auparavant un œil interrogatif vers sa mère.

16_12_02_DSC_8217mMon chemin obstrué et puisque l'on m'a clairement signifié que je ne devais point déranger, je me suis contenté d'observer en savourant l’instant.

Madame a ensuite choisi de traverser le névé qui se trouvait là, me laissant en compagnie de son chevreau ! Arrivée de l'autre côté, à mon grand étonnement, elle s’est tranquillement couchée pour ruminer …!

16_12_02_DSC_8226_Panorama 1Comme une évidence, suivant son invitation, je me suis également, assis… !

Après quelques paisibles minutes, le chevreau a rejoint sa mère, puis une randonneuse solitaire, la première de la journée, est apparue sur le chemin. Cette fois, dame chamois a donné le signal du départ.

Je ne sais pas trop ce qui s’est passé ce matin-là, mais c’était un moment plein de sérénité et un étonnant cadeau.

Mon image préférée, c’est celle-là, une boule de poils ce chevreau, bien musclé et paré pour affronter l’hiver.

16_12_02_DSC_8216_raw_rmC_01

Chartreuse, vendredi 2 décembre 2016, à 1800m