Bon, c'est pas tout ça, mais il y a pas que les paysages dans la vie...! Revenons aux choses sérieuses.

17_03_02_DSC_0911m

Il est pas sérieux lui ? Voici le goéland leucophée (Larus michahellis), la star du ciel des Cinq Terres (entre autre).

En France, nous lui avons choisi un drôle de nom. Les italiens le nomment carrément Gabbiano reale. Goéland royal ! Quant aux anglais, plus pragmatiques (et chatouilleux côté couronne), c'est le Yellow-legged Gull.

Le Leucophée, c'est le goéland méditerranéen. Proche du goéland brun et du goéland argenté, mais il se distingue par ses pattes jaunes...! (l'argenté a des pattes roses).

Grand planeur, il se charge d'animer l'espace aérien du matin au soir avec sa colonie, au point que la plus part du temps, il finit par se fondre dans le paysage et par passer inaperçu (quand il n'est pas considéré nuisible, surtout dans les villes).

Commun peut-être, mais lui, il a la chance de survoler les toits de ces beaux villages. Points de vue imprenables.

17_03_01_DSC_0559m

Il doit quand même partager l'espace avec le pigeon biset, lui aussi omniprésent. Bon, ce dernier ressemble beaucoup au pigeon Grenoblois, alors, je ne me suis pas trop attardé sur lui (sans doute à tort, parce qu'à bien regarder, il est sacrément beau).

17_03_02_DSC_0869rm

Le Goéland leucophée est typiquement méditerranéen, mais il a tendance à coloniser la France, jusqu'à nicher sur les côtes bretonnes, avec les goélands argentés. On le croise également sur les fleuves et lacs de l'Isère, surtout en hiver comme le montre la fiche de l'espèce du portail collaboratif sur la biodiversité en Isère de la LPO: "faune Isère".

Bon, là il est sur une falaise de Corniglia et observe, pensif (enfin je crois), la mer Ligure.

17_03_01_DSC_0694rm

En hiver, le plumage de la tête est souvent totalement blanc. Magnifique ce blanc non ? Et cet œil...

17_03_02_DSC_0900rm

La tâche rouge sur le bec serait liée à la reconnaissance des jeunes (?).

Pour finir, un petit défilé de mode, de profil, puis de dos, pour apprécier leurs belles robes grises et leurs plumes rectrices noires et blanches, du plus bel effet avec les bottes jaunes. La nature a du talent tout de même. 

17_03_02_DSC_0890rm

Enfin pour le voir en vol, il faut revenir ici.

Bon, après ça, on ne regardera plus les goélands avec indifférence, enfin j’espère…

Italie, Cinque Terre, du 28 février au 3 mars 2017 (A suivre).

 

Ps: Bizarrement durant notre séjour aux Cinq Terres, on ne verra aucun cormorans ni mouettes rieuses, oiseaux pourtant présents sur la côte quelques kilomètres plus à l'ouest (vus à Camoglie).