On reconnait la femelle pic-vert à l'absence de trace rouge sur sa "moustache noire", bien visible chez le mâle.

17_04_29_DSC_3341rm2

Les pics verts, on les entend plus souvent qu'on ne les voit. Et encore, quand on les apperçoit c'est la plus part du temps en repérant leur vol onduleux, autant dire une observation "rapide", ou en les voyant par les fenêtres chercher des fourmis dans l'herbe (leur principale nourriture).

Alors quand l'un d'eux (enfin une dame ici) s'offre un moment de répit perché sur une branche, qu'il se signale par deux cris perçants et qu'en plus il prend son temps, ce qui arrive tout de même quelques fois, il faut en profiter. C'est ce qui s’est passé ce jour-là, au retour de balade. Pour une fois, l'appareil photo n'était pas loin. 

Le pic vert a un plumage uni, la tenue "camouflage commando" de cette photo est due à l'ombre projetée des branches d’un arbre de Judée, en fleur à cette époque de l'année. Mais c’est peut-être ce qui me plait bien dans cette image.

Seyssinet, samedi 29 avril 2017, 13h15