Dimanche froid et gris, le temps tourne à la neige en altitude. Averses de grésils et premiers flocons vers 1900m.

Surprise sur le chemin, deux perdrix marchent avec bien peu de discrétion dans les genévriers qui bordent le sentier.

La perdrix grise est un oiseau essentiellement terrestre (elle ne vole que très rarement et préfère courir) qui vit à l'état sauvage dans les plaines de la moitié Nord de la France et dans les montagnes Pyrénéennes. Que font elles donc ici ?

Je peux me tromper mais vu leur attitude, se sont probablement des oiseaux lâchés quelques jours plus tôt par l'ACCA locale pour être bien vite tirées. Quel intérêt peut-on trouver à chasser de la sorte (distance de fuite 5m, et encore...). Même l'ONCF est contre, voir ici. On est de plus en zone Natura 2000 ou en bordure immédiate...

17_09_17_DSC_8236rm

Ces perdrix d'élevage, si elles échappent aux plombs, finiront sous les dents d'un renard, ou épuisées dans la neige si elles n'arrivent pas à descendre plus bas aux premières chutes sérieuses. Triste rencontre donc.

Toujours est-il que, cet après-midi-là, la température basse aidant, le vallon du lac Achard était calme et silencieux comme on l'aime.

17_09_17_DSC_8251_stitchm2

Du bout du lac, le petit ru qui l'alimente accompagne une belle perspective dans l'axe du vallon.

De l'autre côté de la vallée de la Romanche, le Taillefer est englouti par une averse de neige.

Bientôt la surface du lac se figera pour le long hiver. J'espère que les deux perdrix seront loin.

 

Belledonne, Massif de Chamrousse, lac Achard, 1917m, dimanche 17 septembre 2017