"Entre Bjursas et Rättvik, les buissons de myrtilles et l'érica (bruyère cendrée) occupent la  forêt y rendant le sol stérile : Le bétail ne trouve pas à s'y nourrir et il est resté intact. Quand de nouvelles terres sont défrichées, le sol est creusé profondément, les pierres déposées à la surface sont finalement emportées vers les clôtures des propriétés hors de la route.... Le territoire de la paroisse de Rattvik est plus plat que celui des autres lieux que nous avons visités, surtout entre l'église et la chapelle."   Carl von Linné - Carnets de Dalécarlie, Dalaresa - 1734 (*).

DSC_10919_stitch

Quand on voyage en Suède et qu'on aime la nature, on a forcément une pensée pour Carl von Linné (1707-1778), l'un des Suédois les plus connus et incontournable dans l'univers scientifique et naturaliste. Nous avons suivi sans trop le savoir un peu de son voyage de jeunesse en Dalécarlie (il avait 27 ans). Une pensée pour lui devant l'église de Rättvik, qu'il a pu voir, plus ou moins comme nous.

De fait, sans le chercher, on retrouve le grand homme un peu partout en Suède, à Uppsala ou, comme ici, en bonne place sur la façade du palais royal, à Stockholm.

DSC_9708rm_01

Carl von Linné est célèbre pour avoir réussi à imposer son système moderne de nomenclature binominale aux scientifiques du monde entier, qui jusque-là, nommaient le vivant chacun de leur côté, sans se comprendre.

"Linné avait l'ambition de systématiser les trois règnes de la nature (les pierres, les végétaux, les animaux). Il vivait à une époque, peut-être la dernière, où un seul homme pouvait oser s'atteler à une telle tâche... En organisant le grouillement confus des formes au moyen d'un système de classification et de dénomination adopté dans le monde entier, il a fait entrer les sciences naturelles dans une nouvelle aire". J.F. Bartail (*)

 

DSC_10922_stitchm

Aujourd'hui, lorsque l'on veut nommer les oies bernaches du Canada (**) qui atterrissent bruyamment sur le lac Siljan, à Rättvik, on utilise le système Linnéen :

Branta canadensis (Linnaeus, 1758).

Le premier nom est le genre, il a toujours une majuscule. Le second l'espèce, avec une minuscule. Ensuite le nom du naturaliste qui a nommé et décrit l'espèce et la date de publication. Si le nom est entre parenthèse, c'est que le nom scientifique a été modifié depuis sa première version.

DSC_10730rm

Tient, Gavia arctica (Linnaeus, 1758), le seul plongeon arctique que nous apercevrons, de bien loin, sur le lac Spjutmosjon au nord de Mora, c'est aussi Linné qui l'a décrit le premier, comme l'élan,  le choucas, et tant d'autres...

 

 Carl Linnaeus est toujours parmi nous...

 

 Stockholm, le 9, Mora le 13 et Rättvik, le 14 octobre 2017

 

(*) Carl von Linné - Carnets de voyages en Suède - suivi de  Un Suédois à la conquête du monde , J.F. Bartail - ed. Michel de Maule.- BM Grenoble - Kated Yacine

 

(**) Les Bernaches du Canada ont été introduites en Europe dès le 16ème siècle à des fins cynégétiques et comme oiseau d’ornement des plans d'eau, Linné les a donc vues et étudiées.