En arrivant au premier lac des Gardioles, au dessus de la vallée de la Clarée, on est frappé par cet énorme verrou rocheux derrière lequel les eaux du lac commencent à se figer pour le long hiver. A première vue, cela ressemble à un verrou longtemps poli par le lent mouvement d'un glacier. Mais à bien regarder, ça ne colle pas et cela s'apparente plus à un énorme pli tectonique.

17_10_28_DSC_1356_stitchm2Au-delà du lac, la vallée de la Clarée, les crêtes du massifs des Cerces (Chardonnet) et au loin, le Pelvoux, l'Ailefroide et les Ecrins.

L'explication, c'est bien entendu sur le site de M. Gidon, Geolalp, qu'on peut la trouver. Il s'agit de la charnière d'un anticlinal "déversé" vers l'Est. En gros, un des plis des bancs de grés dont est constituée la montagne de part et d'autre de la vallée de la Clarée, au droit de Fontcouverte. On retrouve d'ailleurs de l'autre côté de la Clarée une autre charnière bien visible aux jumelles, au-dessus du refuge et du lac du Chardonnet (voir la coupe géologique ci-dessous, empruntée à Géol-alp).

Geolalp_Foncouverte_GardiolesC'est sans doute à cette configuration géologique que l'on doit la belle succession de lacs sur ce versant Est de la vallée : Laramon (2359m), Serpent (2448m), Gardioles (2660m) !

Devant la taille de cette couche de grés plissée, sa belle forme régulière et sa peau craquelée, on peut tenter de se faire une petite idée des forces colossales en jeux lors de l'érection de nos montagnes... c’est vertigineux !

17_10_28_DSC_1384

Au pied du pli, on se sent tout petit ! (*)

Sous les crêtes des Gardioles, Vallée de la Clarée, samedi 28 octobre 2017

(*) Bon ok, surtout moi avec mon 1,60m, en cours de tassement...:)