Callanish sur l'île de Lewis est célèbre pour ses cercles de pierres dressées (voir ici), mais c'est aussi un paradis naturel, situé entre landes et lochs qui rentrent profondément dans les terres.

Au pied de la colline du principal site archéologique, Cathy, la sympathique propriétaire du "camping à la ferme" de Callanish, a eu l'idée de créer un camping pas ordinaire, composé de seulement trois "pods" isolés sur les bords du loch Roag. Un petit paradis pour naturaliste, idéal pour observer le somptueux paysage, les oiseaux (de mer ou pas), les phoques de passage et, avec un peu de chance, les loutres.

18_08_02_DSC_5663_stitch2

Et la chance était avec nous. Outre les sternes, goélands, courlis cendrés, hérons et un phoque de passage, chaque matin, un couple de loutres d'Europe s'est montré.

Ce matin-là, après avoir fébrilement "fouiné" sur la pelouse tondue raz par les moutons devant le premier pod, elles sont retournées à l'eau sentant notre présence. Le temps d'aller chercher l'appareil photo (qu'hélas, je n'avais pas avec moi...), elles nous ont offert une partie de pêche au pied des rochers, en limite de la bordure de kelp. Des plongées d'environ 10 secondes, voir un peu plus, qui se terminent par une belle chandelle, pour reprendre de l'air.

18_08_03_DSC_5678_01rm2bAprès quelques minutes, elles ont tranquillement traversé la baie de concert, fendant la surface de l'eau d'un admirable (et bien repérable) V.

18_08_03_DSC_5682m

Elles ont ensuite pêché sur la rive opposée un bon moment avant de disparaître au loin.

Fort de cette belle rencontre, le lendemain matin fut abordé plein d'espoir. Mais point de loutres dans les parages.

Enfin, à première vue car quelques coups de jumelles sur les rives opposées nous ont finalement suffi pour les retrouver, à peu près à la même heure que la veille. Petits points noir s'agitant dans l'eau, toujours en bordure de la frange d'algues. Les loutres ne tiennent visiblement pas en place, enchaînant les plongées et changeant en permanence et progressivement de secteur. Tant est si bien qu'il faut de nouveau les chercher dès qu'on les quitte des yeux quelques instants. Elles ont fini par doubler le cap ci-dessous et à mon grand damne disparaître...

Pour réapparaitre quelques secondes plus tard sur la terre ferme, toujours aussi agitées.

18_08_04_DSC_5857rm2Là, ce fut un long moment de courses poursuites et de jeux sur les rochers et les algues. Par deux fois, elles se sont enlacées et après quelques culbutes ont roulées de la sorte jusque dans le lochs... Incroyable spectacle.

18_08_04_DSC_5875rm4La fin de la partie fut sifflée par le bruit du moteur d'un petit bateau de pêche qui passait par là. Interaction intéressante avec l'homme. Comment allaient-elles réagir alors qu’elles étaient à bonne distance du bateau ?  Et bien, bien avant que l'embarcation ne soit à leur hauteur, elles ont tendu l'oreille et se sont laissées glisser bien vite dans l'eau. Voilà pourquoi on ne les voit que bien rarement ces timides "otters".

Bon, moi cela m'a permis de retourner finir ma tartine... détail sans intérêt naturaliste mais sans lequel, le récit ne serait pas complet. :) 

 

Lewis island, Callanish, Callanish camping. Jeudi 2, 22h15. Vendredi 3 et samedi 4 août 2018, 7h30 à 7h50 environ, marée montante. Bizarrement, peu ou pas de midges ces jours-là.

Photos au 300mm + x1,4, plus ou moins recadrées