Le café des arts, à Mens, en Trièves. Décors fantastique d'un vieux café inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

18_09_23_DSC_7685_stitch

Les peintures qui ornent les murs de ce vénérable café sont, nous dit-on, l'œuvre du peintre "picard" Gustave Riquet!

On le sait, le Trièves est une terre d'échange, comme le souligne l'actuelle exposition du musée de Mens, mais que venait faire un picard ici en cette fin du 19e siècle ?

18_09_23_DSC_7682_stitch

Claude Muller nous apprend (*) que c'est le propriétaire d'alors, Jacques Arnaud, qui a demandé en 1896 au peintre, alors en villégiature, de décorer son café pour la somme de 800 francs.

Il peint murs et plafonds en respectant les boiseries de noyer déjà présentes (depuis 1856 à priori, date de la création du café ?).

Des vues du Trièves aux murs, comme ci-dessous, la campagne et le Mont Aiguille. Des motifs allégoriques sur la vigne au plafond.

  18_09_23_DSC_7679_01_01

Peu d'informations sur le peintre, mais Wikipedia indique que Gustave Riquet est né à Nimes, en 1866 (et y est mort en 1938, alors qu’il habitait encore en Picardie). Il a étudié à Paris, à l'atelier Carolus-Duran et a finalement été nommé professeur de peinture et de composition décorative à l'École régionale des Beaux-Arts d'Amiens en 1897. C'est donc un picard d'adoption.

Lorsqu'il peint au café de M. Arnaud, il a donc trente ans et n'est pas encore picard !

Il est en vacances et se prépare à faire sa rentrée à Amiens à l'automne suivant. Il ne sait pas alors qu'il y fera carrière et sera reconnu pour ses peintures et fresques, réalisées notamment dans les églises de la région.

M. Arnaud ne sait pas non plus que son fils, Edouard, lui succédera à la tête du café, deviendra maire de la ville de 1941 à 1944 et mourra en déportation en 1945 après avoir été arrêté pour faits de résistance. Le boulevard où se situe le café porte son nom.

Quant au café, qui tient lui son nom d'une société de secours mutuel d'artisan, les "Arts et Métiers", qui siégeaient là, nous y avons, 122 ans après sa décoration par G. Riquet, très bien mangé...

Dimanche 23 septembre 2018, Mens, Trièves

(*) Claude Muller, Histoires d'Isère et d'aujourd'hui, 2004. p93

Quelques images de la restauration des boiseries extérieures par l’entreprise Vivelebois en 2010.

Mens et son histoire sur Wikipédia