Dans l'air glacial du petit matin, comme chaque jour depuis bien longtemps, il regarde le pic Gaspard et la Meije capter les premiers rayons de soleil.

Un peu caché à l'écart du col, derrière l'hôtel des Glaciers, il sait se faire oublier. Prise au vent minimum, couleurs mimétiques. Le secret de sa longévité dans ce rude milieu.

A ces profondes rides, on devine qu'il n'est plus tout jeune. Un peu bancal même. Quelques amis bienveillants lui ont bricolé des cales pour soutenir sa jambe dessoudée. A vrai dire ça lui donne un charme fou, le charme des vieux fourneaux.

18_12_31_DSC_0451m2

Un paysage de rêve, au milieu des champs de neige l'hiver, d'une multitude de fleurs l'été. De temps en temps, comme nous, quelqu'un vient lui rendre visite. C'est qu'il a dû en voir passer des touristes. Des jeunes, des vieux, des anonymes et surement quelques personnages illustres ?

Comment être indifférent devant autant de présence. Pas évident de trouver sa trace dans la bibliothèque et sur le réseau. Pourtant, après quelques soirs de recherches, ce banc m'a ramené à de lointains souvenirs : Le Touring Club de France. Mes parents adhéraient comme beaucoup à la célèbre association et j'ai, enfant, bien souvent feuilleté la revue du T.C.F. et parcouru la France sur ses photos en noir et blanc.

C'est un banc T.C.F. bien sûr !

Le Touring Club, né en 1890 de passionnés de randonnées à vélo, s'est imposé dans les années 1950 comme le moteur du développement du tourisme en France et de l'équipement de nos routes et sites pittoresques. Entre autre, aménagement de sites remarquables, pose de panneaux de signalisations, mais aussi de tables d'orientations et...de bancs. Souvent du même modèle, je n'ai pas encore trouvé de dessin technique, ni le lieu où étaient fabriqués ces bancs que l'on trouvait un peu partout en France. Combien subsistent encore aujourd'hui ?

 

18_12_31_DSC_0475m

En parcourant les exemplaires de la Revue du Touring Club de France disponibles sur Gallica, on apprend que le T.C.F. s'investit après la fin de la Grande Guerre dans le déplacement et la pérennisation du jardin alpin du Lautaret, dessiné par Jean Ginet, le fameux paysagiste et pépiniériste Giérois. En 1929, il finance avec le P.L.M. la table d'orientation, que l'on peut encore admirer aujourd’hui près du jardin, mais pas de trace de bancs...

Finalement, c'est dans la revue de janvier 1935 que l'on trouve trace du vote par le conseil d'administration des crédits pour la mise en place de bancs T.C.F. au Lautaret. 678 francs !

18_12_31_revue TCF_01

On peut donc raisonnablement penser que notre banc est l'un d'eux et qu'il atteint le vénérable âge de 84 ans (à vérifier toutefois).

84 années de soleil et de neige, de pluie et de vent, 84 années face aux plus belles montagnes du Dauphiné. J'espère que la commune du Monêtier les Bains saura le protéger car aussi humble soit-il, il fait partie du patrimoine alpin et de la grande histoire du col du Lautaret !   

 

Lundi 31 décembre 2018, Col du Lautaret, 2058 m, 8h00