19_01_23_DSC_1160rm

Les cormorans n'ont pas toujours bonne presse autour des lacs alpins. Ils prolifèrent et sont accusés de trop manger de poisson. L'homme n'est pas partageur...

Au moins profitent-ils des piquets que l'on voit un peu partout sur les berges naturelles du lac.

C'est l'homme qui les a plantés là au début des années 1980 pour protéger les roselières, réservoirs de biodiversité, des intrusions d'embarcations accusées (avec la pollution des eaux) de participer à leur destruction.

Hélas, même après la mise en place de ces protections et l'assainissement des eaux, mené avec succès ces dernières décennies, le déclin des roseaux a continué. Les roselières ont perdues près de 50% de leurs surfaces en 65 ans, comme en attestent les espaces aujourd’hui vides entre piquets et roseaux.

Accusée désormais, la régulation du niveau du lac dans les années 1985 suite à l'aménagement par les hommes des barrages hydroélectriques sur le Haut-Rhône. Dommage collatéral.

Le CISALB (Comité Intersyndical pour l’Assainissement du Lac du Bourget) organise ces dernières années des baisses exceptionnelles du niveau pour tenter de régénérer les roselières, recréant artificiellement les périodes d'étiages naturelles d'antan...

Ils font vraiment que des bêtises ces cormorans...!

Au fait, lorsqu'ils ouvrent les ailes, c'est pour se sécher ou pour mieux digérer ? Les hommes n'arrivent pas à se mettre d'accord …(*)

Finalement, qui de l’oiseau ou de l’homme devrait aller au piquet ?

Mercredi 23 janvier 2019, 8h20. Vivier du Lac, Lac du Bourget, Savoie

(*) Les deux sont sans doute vrais comme le dit enfin sagement wikipédia.