19_03_20_DSC_3716_01rm

Les longues périodes anticycloniques que nous vivons depuis quelques temps ont de quoi déprimer une cohorte de météorologistes alpins. Alors que doit penser le radar du Moucherotte qui ne reçoit aucun écho à ses ondes envoyées à la volée au-dessus des Alpes... Nuits étoilées, pas un nuage à l'horizon, pas une goutte de pluie, pas un flocon de neige...

Comme l'indique un panneau d'explication collé au bâtiment technique du radar hydrométéorologique construit en 2014 par Météo-France et la Direction Générale de Prévention des Risques du Ministère de l'Ecologie, la bête fait partie du réseau de surveillance des précipitations qui couvre la France et permet de mieux prévoir les risques d'inondations sur le territoire. Ce radar-là couvre les Alpes de ses ondes en bande X à 9400 MHz sur un rayon de 60km et envoi ses informations recueillies à la Météopole, à Toulouse... Non on ne rêve pas, ceci est bien réel et ça se passe près de chez nous. C'est grâce à ce type d'équipement que l'on peut, c’est incroyable, par un simple clic sur le web, visualiser en temps réel vents et précipitations... Le progrès dit-on (à grande débauche d’énergie tout de même).

En tout cas, je parie que l’on doit avoir un point commun, lui (le radar) et moi, le grand beau temps nous ennuie...

 

Sommet du Moucherotte 1901m, mercredi 20 mars 2019, nuit, 19h35

Voir aussi ici, un autre aspect du radar.