19_08_05_DSC_5895m2

Le refuge de la Lavey en fin d’une journée orageuse. Au fond, la vallée du Vénéon, les pentes de la Tête de la Marsare (3118m) éclairées par les derniers rayons du soleil et l'aiguille du Plat de la Selle (3596m). 19h50.

En chemin vers le refuge de la Lavey on se rend bien compte que ce sentier est parcouru depuis des lustres et que ce vallon beau vallon glaciaire et ses alpages (où coule le torrent de la Muande et non de la Lavey...) revêtent une grande importance pour les habitants de Saint-Christophe en Oisans et de ses hameaux. Dès le franchissement du Vénéon sur le célèbre pont de pierre du XIIe siècle situé à l'aplomb du hameau de Champhorent, puis en traversant les chalets des Rajas, on devine la vie qui a animé les lieux, bien avant l'apparition des randonneurs. Cela se confirme en franchissant le deuxième pont de pierre et le verrou qui masque jusqu'au dernier instant le refuge actuel. Les ruines des anciens chalets de la Lavey sont bien visibles. Ils sont encore mentionnés sur la carte d'État-major (1866) et auraient été abandonnés avant 1914 (1) mais remonteraient au moyen âge (2).

Plus près de nous, Samivel mentionne dans 'Le Grand Oisans Sauvage" (3) le témoignage suivant : "... les gens de Saint-Christophe allaient chercher le foin jusqu'au vallon de la Lavey, soit trois à quatre heures de retour avec des bottées de 50 à 70 kilos portées à dos...".

Autant de témoignages palpables de la rude vie des montagnards attachés à ces hautes vallées alpines.

Le refuge actuel créé par le CAF en 1949 a été construit sur la base de deux anciens chalets. Situé dans ce cadre magnifique, l'accueil des fidèles gardiens (plus de 20 ans je crois) est des plus sympathique et l'on y mange vraiment très bien (un excellent Dal Bhat ce soir-là)...

Pour en savoir plus sur le vallon et son histoire, le très complet et passionnant site http://www.vallouimages.com/ecrins/lavey.htm.

19_08_05_DSC_5944_stitch2

A la tombée de la nuit, le ruisseau de la Muande et au fond le col du même nom (3103m), passage qui permettait les échanges avec le Valgaudemar depuis la nuit des temps. L'aiguille d'Olan (3373m) domine le vallon et son refuge. A droite le verrou qui mène vers le lac des Bèches. 21h07.

19_08_06_DSC_5977_stitch

Un des secrets des bons petits plats mijotés pour nous par les gardiens, la modeste altitude du refuge qui permet de cultiver sous serre quelques légumes frais. Un régal.

Lundi 5 août 2019, Saint Christophe en Oisans, Refuge de la Lavey, 1797m

Le site du refuge ici,

En + l'expo sympa de l'aide gardienne Julia Belle tout l'été au refuge (et à Grenoble, quartier Championnet le reste de l'année).

Sources:

(1) Illaire Annie. La vie dans une cellule de haute montagne: Saint-Christophe-en-Oisans. In: Revue de géographie alpine, tome 41, n°4, 1953. pp. 695-723;

(2) http://www.vallouimages.com/ecrins/lavey.htm.

(3) Samivel : Le Grand Oisans Sauvage  (Arthaud 1978) (Critique de la RGA de 1979 ici)