20_01_01_DSC_7041_01_stitch2b_01

La nuit est tombée sur la Tour-sans-Venin, la mer de nuages qui recouvre de nouveau la vallée laisse transparaître les lumières de la ville.

Belvédère magnifique sur les vallées grenobloises et les Alpes, la Tour-sans-Venin fait parler d'elle depuis des lustres. Moultes légendes sont attachées à son nom, sa tour médiévale et à sa chapelle (XIe ou XIIIe siècle selon les sources). Nombreux sont les conteurs et artistes qui ont chanté la merveille, de Gervais de Tilbury(*) à Tancrède Bastet hier et Alain Herrault aujourd'hui :)** ...! 

Bien peu d'informations disponibles sur la chapelle Notre-Dame de Pariset. Déjà citée au XIIIe siècle et restaurée à plusieurs reprises on la devine très ancienne. Ce qui est certain, c'est que son clocher évidé par deux arcatures est particulièrement remarquable, donnant au lieu un avant-gout de Provence. Ce style est peu répandu dans la région grenobloise, on le rencontre pourtant un peu plus bas sur les flancs du Vercors, à Cossey (voir ici une belle Alpimages).

 (*) A lire ici l'intéressant article de Jacques Berlioz dans la Revue de Géographie Alpine (2004), au sujet de l'Otia Imperialia de Gervais de Tilbury écrit au début XIIIe siècle, où l'on constate avec étonnement que Pariset et la Tour-sans-Venin sont connues au plus haut niveau de l'empire Romain Germanique et rapprochés pour leurs propriétés de la mythique île de Saint Brendan...
Voir ici pour les curieux, le manuscrit de l'Otia Imperialia, grâce à la magie de Gallica (BNF).

:)** Et là, les magnifiques "laps de temps" d'Alain Herrault, qui lui auraient sans doute valu le bucher pour sorcellerie du temps de Gervais de tilbury, heureusement les temps changent...:).

La Tour-sans-Venin, Vercors, 666m, mercredi 1er janvier 2020, 18h00.

Belle année à tous.