20_08_06_DSC_9230_stitch

Premiers rayons de soleil sur le glacier du Tabuchet, la Meije, le Rateau et le glacier de la Girose. Pas de vent, air pur, fraicheur et grand spectacle. Encore un moment de grâce ! 

Nommer les sommets, cols et glaciers de ce magnifique panorama (sans doute l'un des plus beaux des Alpes) est aujourd'hui facile grâce aux extraordinaires cartes de notre IGN national (on trouve difficilement mieux ailleurs il me semble).

Pourtant ça n'a pas toujours été le cas et J.M Barféty nous rappelle à ce sujet dans un message récent de son site "La Bibliothèque Dauphinoise", la compétition et les différents qui opposèrent deux éminents alpinistes de la fin de XIXe siècle, le Giérois Henri Duhamel et le Briançonais Paul Guillemin.

Tous deux ont travaillé à partir des années 1878/79 à l'amélioration de la carte d'état-major datant de 1866, qui géographiquement précise, manquait de détails toponymiques et de précision du relief, éléments essentiels à l'alpinisme naissant. Ils étaient aidés en cela par les membres de l'Alpine Club anglais, alors en pointe dans l'exploration du massif.

On doit entre-autre au duo concurrent l'appellation du glacier du Tabuchet, nom utilisé par les uissans mais oublié des cartographes militaires ; les noms des différents sommets des arêtes de la Meije, et bien d'autres détails et noms ajoutés sur la carte que l'on connait aujourd'hui (dont le pic Coolidge).

C'est finalement Duhamel qui restera en lumière puisqu'en 1887 il publie avec le révérend W.A.B. Coolidge, de l'Alpine Club, une carte aboutie du massif des Ecrins insérée en cinq parties dans le "Guide du Haut-Dauphiné"(*). Pour la petite histoire, sur cette carte il règle ses comptes avec Paul Guillemin en nommant une pointe du massif du Pelvoux "Pic Sans Nom" en lieu et place du "Mont Salvador-Guillemin" alors usuellement admis, sous prétexte que Salvador et Guillemin n'en ont signé que la seconde ascension.

Il n'en reste pas moins que ces deux personnages passionnants, aux caractères et aux parcours bien différents, ont marqué leur époque et participé à l'histoire du massif que l'on a aujourd’hui sous nos yeux ébahis. 

Mercredi 6 août 2020, 6h30. Plateau d'Emparis, lac Noir (2435m).

A lire l'intéressant "Le massif des Ecrins : Histoire d'une cartographie, de l'Antiquité à l'aube du XXe siècle" de Jacques Mille, Jean-Marc Barféty et Michel Tailland aux éditions Fournel.

A voir sur le toujours excellent site "La Bibliothèque Dauphinoise":

(*) La description du  " Guide du Haut-Dauphiné" de W.A.B. Coolidge, H. Duhamel, F. Perrin, (Grenoble, Alexandre Gratier, Libraire-Editeur, 1887) avec les belles cartes de H. Duhamel

- La notice biographique d'Henri Duhamel

- La notice biographique de Paul Guillemin

A voir aussi ici un ancien message de zac sur le Pic Gaspard