22_08_02_DSC_9132_01

Le château d'eau de la France souffre de la sécheresse, comme partout en Europe en cet été caniculaire. Les alpages sont grillés donnant à ce début août des couleurs d'automne, le bétail manque d'eau et de nourriture. Tôt d'humidité dans l'air jamais enregistré dans l'hexagone nous dit Raymond Piccoli (laboratoire de recherche sur la foudre), successions de records, annoncés depuis longtemps, sinistres.

Le volcan en a vu d'autre, il regarde passer l'humanité. Et en ces jours trop ensoleillés, c'est au petit matin qu'il se montre le plus beau.

Pas un brin de rosée à 1700m, le vent est frais mais il ne fait même pas froid, L'arête des « Fours de Peyre-Arse » qui mène au col de Cabre capte les premiers rayons solaires. A cet instant, vision éphémère, les pitons de roches trachitiques font penser à l'épine dorsale d'un monstre endormi. On est bien là !

 

Lundi 2 août 2022, 6h58, Puy Mary (1783m). Vue vers l'Est sur les Fours de Peyre-Arse, avec à droite le Puy Griou (1690m) et au fond le Plomb du Cantal, point culminant du massif volcanique cantalien, à 1855m.