Pour une montagne, porter le nom des Cassini, dynastie de célèbres cartographes (quatre générations du 17e au 19e siècle), garantit en principe une vue dégagée depuis son sommet.

Les ingénieurs envoyés par César-François Cassini de Thury (1714-1784) pour réaliser la triangulation de la France et réaliser la première carte du territoire au 1/86400e recherchaient des points dégagés pour faire leurs mesures (il y a en France pas mal de montagnes qui portent le nom de Cassini). De fait, lorsqu’on jette un œil à la carte, situé entre Belledonne, Grande Rousse, Aiguilles d'Arves et Oisans, ce belvédère à 2373 m d'altitude est plein de promesses.

Alors devant l'imperturbable maintien du beau temps et d'un air limpide, c'est de ce côté que nous nous avons choisi d'aller.

15_11_11_DSC_2427_stitchEt la div'aria; l'air pur des montagnes chères à Alpinus, était à la hauteur. Le soleil, également en forme, nous a même offert une ombre projetée sur l'autre versant(*) nous dévoilant un peu du mystère de la pyramide qui nous portait, moment de grâce...

A nos pieds les villages de Clavans le Haut et Clavans le Bas. Un peu au-dessus, Besse en Oisans, les rondeurs du plateau d'Emparis et souveraines, les Aiguilles d'Arves.

Il est peu probable que César-François de Cassini (Cassini III) soit venu lui-même sur ce sommet (à vérifier?), qui auparavant s'appelait la Croix de Tournefort. Les uissans ont pourtant retenu le passage des cartographes (source ici) et changé le nom du sommet.

Vue du sommet et de sa croix ci-dessous, avec en fond le massif des grandes Rousse, côté Quirlies, et au fond, le Mont-Blanc.

15_11_11_DSC_2460_stitch2En cette mi-novembre, pas un brin de neige sur les versants Sud, même à près de 3000m, aux abords du glacier de Sarenne.

Le plateau d'Emparis qui s'étend devant nous est constitué de succession de couches de sédiments, anciens fonds marin que l'érosion a façonné, l'extraordinaire M. Gidon nous dit tout ici. Les villages de Clavans, haut et bas, semblent blottis au pied des ravines creusées dans les couches de calcaires friables, coupe géologique mise à jour par le fougueux torrent du Ferrand qui descend des Quirlies.

15_11_11_DSC_2364rmIntérêt géologique mais aussi grand spectacle, la roche et les arbres qui s'accrochent à la pente, on ne sait comment, offrent un paysage graphique, beau et impressionnant à la fois. Brrr, ces pentes abruptes sur plus de 500m de hauteur font un peu froid dans le dos !

15_11_11_DSC_2404rmHeureusement, le piémont est un peu plus accueillant. Bouleaux et mélèzes sont un peu plus à l'aise.

15_11_11_DSC_2405_stitch

Situé sur le versant supérieur, mieux exposé, Besse en Oisans :

15_11_11_DSC_2378_stitch

Preuve de la rudesse du climat, les constructions sont serrées les unes aux autres pour avoir chaud et se protéger de la neige. Superbe village accroché à l'alpe qui mérite vraiment une visite (avec entre-autre son passionnant petit éco-musée « La maison des alpages »).

La star incontestée des lieux, c'est la Meije, avec à ses côtés son fidèle Rateau. De l'autre côté de la vallée de la Romanche, le plateau d'Emparis et formes arrondies.

15_11_11_DSC_2467_stitchmDepuis quelque temps, les hommes n'ont de cesse de leur chatouiller les pieds. Ça a commencé par un barrage et un tunnel, le Chambon est dans l'ombre en bas à droite, et maintenant, voilà qu'ils nous creusent une saignée à la base de la montagne. Enfin ça, c'est une autre histoire...!

Ce jour-là, le temps passant, il a bien fallut nous arracher au paysage pour redescendre, laisser la place aux chamois.

15_11_11_DSC_2453rmJe serais bien resté avec eux, mais on a quand même repris le chemin qui nous tendait les bras (à droite ci-dessous, le sommet objet de ce message).

15_11_11_DSC_2501_stitchmIci aussi l'alpage attend la neige, alors pour tromper le temps, il s'offre un moment en "or" chaque soir...

Non, je sais c'est pas vrai! C'est le soleil qui se couche; mais j'aime bien penser que les montagnes se mettent quelques fois sur la pointe des pieds pour capter ces derniers rayons de soleil dorés...

Arrivé à la maison, un petit tour sur Géoportail, ce super site de l'IGN qui permet d'accéder à la carte au 1/25000e mais aussi à la carte de son grand et illustre ancêtre Cassini (c'est le progrès!). Carte également accessible sur le site très bien fait de l'EHESS déjà cité plus haut, avec des informations étonnantes sur l'histoire des communes de France.

Geoportail_IGN_Cassini_Sarenne_m

Ci-dessus, la carte de Cassini, ici centrée sur Clavans. On devine bien le relief, les principales vallées et villages sont bien là ! Le sommet de la Croix de Cassini est à peu près au-dessus du "C" de "B de Clavans". Cette carte de France "civile" réalisée par l'académie des sciences aura été terminée un peu avant la révolution française. Elle sera ensuite détrônée par la carte d'état-major au 1/40000e, réalisée et contrôlée par les militaires à partir de 1816.

Imagine-t-on ce que pouvait être le travail de ces géographes à la fin du XVIIIe siècle sur ces sommets, avec leur tablette pour mesurer les angles et réaliser la triangulation du pays ?

EHESS_Cassini_3_planchette

Source: http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/index.htm

 

Oisans, Croix de Cassini, 11.11.2015

 (*) une pensée pour C. Sidamon-Pesson et son très beau livre "L'autre versant" qui me parle bien.