Entre canneberges, sphaines et autre mousses, les droseras font bonne figure dans le marais du Luitel.

18_06_16_DSC_4714rm

Toute fraiche, celle-ci est en train d'ouvrir une nouvelle feuille, impatiente de pouvoir déployer ses plus beaux tentacules. Dans un premier temps, il n'y aura pas de mucilage à l'extrémité de ses "poils", puis le temps passant et la faim venant, les petites gouttelettes visqueuses augmenteront jusqu'à ce qu'un insecte mal inspiré vienne se faire prendre au piège de cette "rosée" visqueuse.

Esthétique et mystérieuse, cette minuscule plante "carnivore". Ce sont ses feuilles qui sont équipées pour la capture des insectes. La fleur pousse sur une longue tige, ce qui permet aux insectes qui la pollinise d'éviter le piège mortel de ses feuilles. Lors de notre passage, la plante n'était pas encore en fleur.

18_06_16_DSC_4773rmr2Pas étonnant que Charles Darwin himself fut passionné (*) par ces fascinantes petites plantes des marais (**).

Samedi 16 juin 2018, tourbière de la réserve naturelle du lac Luitel, Drosera rotundifoli

 

(*) Voir ici l'étonnant site de l'université de Cambridge sur la correspondance du grand homme.

(**) Les feuilles des droseras de nos tourbières mesurent seulement quelques millimètres. Position à quatre pattes et loupe ou objectif macro obligatoire pour pouvoir commencer à entre-ouvrir la porte de leur fabuleux univers.