En pénétrant dans la forêt du Mont Beuvrey j’ai ressenti une étrange sensation. De fait, à peine quelques instants plus tard, une hermine statufiée mêlée aux racines d'un grand hêtre, me faisait mystérieusement signe.

Magie d’un druide gaulois qui hante les pentes du mont ou sort jeté par Jules César lors de son séjour à Bibracte ? Ce n'était en tout cas que le début d'une belle promenade en forêt qui nous a menés jusqu'à la tombée du jour....

18_10_09_DSC_8284m_01

La forêt du Mont Beuvrey et le site de l'oppidum gaulois de Bibracte ne font qu'un. On ne le savait pas en arrivant, c'est donc avec surprise que l'on a découvert le superbe musée archéologique situé en lisière de forêt, où l'on apprend la longue et riche histoire du site. Visite hautement recommandée avant de s'enfoncer dans la forêt, qui prend très vite une autre dimension.

Si le couvert forestier est finalement bien récent par rapport aux différentes périodes d'occupation de Bibracte (ville abandonnée par les gaulois Eduens dès le premier siècle de notre ère au profit de la nouvelle ville gallo-romaine d'Autun), on devine en y pénétrant qu'elle n'est pas comme les autres. Comme si elle portait en elle tous les mystères enfuis dans le sol qui lui donne vie.

Que ce soit dans la lumineuse forêt de feuillus, 

18_10_09_DSC_8295rm

ou dans la sombre sapinière,

18_10_09_DSC_8310

le relief tourmenté, les sites de fouilles disséminés ici où là, les nombreux arbres remarquables et les «queules»(ci-dessous (*)) typiques du site rappellent sans cesse ce long passé oublié. 

18_10_09_DSC_8304m

C'est sans doute grâce à César que l'on a pu retrouver l’endroit et conserver cette mémoire. C'est, nous dit-on ici, à Bibracte, qu'il a  écrit "la guerre des Gaules" après avoir vaincu Vercingétorix à Alésia. Comment, Astérix ne m'en avait rien dit ?

Retrouvé dans notre bibliothèque, dès le paragraphe XXIII du livre premier, César indique : " Le lendemain, comme il ne restait plus que deux jours jusqu'au moment où il faudrait distribuer du blé à l'armée, et qu'on était qu'à dix-huit mille pas de Bibracte, de beaucoup la plus grande et la plus riche ville des Eduens, il jugea (César) qu'il fallait pourvoir à l'approvisionnement, laissa là les Helvètes et se dirigea vers Bibracte."

En gros, si j'ai bien suivi, Bibracte était la principale ville des Gaulois Eduens, alors alliés de Rome. Après cette séquence, Vercingétorix, levant une armée gauloise les retournera contre César avant d'être battu à Alésia. Finalement César pardonnera aux Eduens...

Un peu court, je sais… Mais ici, on sent qu'il y a encore beaucoup de choses à découvrir. Il suffit de voir le nombre de publications récentes et les moyens mis en œuvre pour les archéologues et autres scientifiques, comme le centre de recherche européen construit dans le village d’à côté. Sans doute passionnant.

Morvan, Mont Beuvray, mardi 9 octobre 2018

Bibracte et le Mont Beuvrey, voir ici le très beau site web "officiel".

(*) Les queules sont les restes d’anciennes haies tressées (souvent des hêtres), qui autrefois limitaient les prés et les champs. Lors de notre passage en Morvan, le photographe Jean-Luc Luyssen exposait des images sympa des queules de Bibracte, autour de la maison du parc à Saint Aignan. Voir son beau site ici.