Notre petit dragon des alpes, le triton alpestre, nous le voyons en général en été au fond des lacs de nos montagnes. Plus rarement sur la neige.

Celui-ci (ou plutôt celle-ci, il s'agit d'une dame !) se « baladait » sur un névé qui tombait dans une mare de fonte, sans doute son lieu de naissance et peut-être de reproduction.

Une belle rencontre.

17_06_03_DSC_3955_01rm3

Le triton alpestre est le seul urodèle qui vit des bords de mer jusqu'aux lacs d'altitudes. C'est cette spécificité qui lui vaut son nom.  En montagne, sa croissance est nettement plus lente qu'en plaine, en raison d'une alimentation plus pauvre dans les eaux glacées et les alpages (*).

Il se reproduit plus tardivement également, parfois après l'âge de 10 ans... Mais en contrepartie, il peut vivre 4 à 5 fois plus longtemps que ses cousins des plaines et dépasser l'âge de 20 ans... !

17_06_03_DSC_3920rm

Respect donc devant cette petite bête extraordinaire.

Que faisait-elle sur ce névé, ultravisible et exposée aux prédateurs ?  Sans doute était-elle en chasse, une foule de petits insectes vivent sur la neige, une aubaine sans doute. Certains petits malins ont compris qu'en se posant sur la bête, ils n’ont rien à craindre de sa petite langue gluante !

Un peu plus haut était un lac… A suivre...

Samedi 3 juin 2017, Belledonne, 1900 m 10h30.

(*) le triton passe trois mois dans les eaux glacées pour se reproduire, puis revient sur terre le reste de l'année. On ne le voit qu'au printemps et en été, durant sa période aquatique. Ensuite, il est de mœurs nocturne et se cache la journée au fond des pierriers.

 

Sources: La Hulotte n°89, à la réjouissante lecture. Abonnés vous, réabonnez-vous...

Merci C. qui en traversant ce névé a permis cette rencontre improbable.